After Socialism: Forgotten Legacies and Possible Futures in Africa and Beyond

Ort
Bayreuth
Veranstaltungsort
Iwalewahaus, University of Bayreuth
Veranstalter
Bayreuth Academy of Advanced African Studies. University of Bayreuth
Datum
13.10.2017 - 14.10.2017
Bewerbungsschluss
30.04.2017
Von
Nadine Siegert

After Socialism:
Forgotten Legacies and Possible Futures in Africa and Beyond

Call for Papers – Appel à contributions
(en français voir pages 3 et 4)

Bayreuth Academy of Advanced African Studies - University of Bayreuth
Workshop
October 13-14, 2017

After years of neglect, a burgeoning scholarship has recently emerged on African socialism, Second-Third World relations, anti-colonial radicalism, and state-directed modernization. This new research turn has productively revisited the history of socialism in the postcolonial world from various angles to reassess its historical dimensions and significance.
This workshop builds on this scholarship with the aim of pushing this broad investigation further. We seek to explore the intellectual transformations that have occurred since the end of “scientific”, “African” or “Arab” socialisms—political ideologies that were once confident, but have since faded. Though neither a universal red line nor a mono-causal explanation exists, this decline gained momentum during the 1980s through growing disillusionment with socialist experiments and the New International Economic Order, the promising luster of East Asian economic achievements, China’s gradual turn to capitalism, and, finally, the collapse of the Eastern bloc and the Soviet Union, which dealt the strongest blow. This demise of a socialist utopianism left a big void. And yet the socialist option has remained an approach and strategy at the grassroots level, as seen in popular movements in the United States, Europe, Africa, and Asia against growing discontent over forms of ultra-nationalism and global inequality.
In light of these past and present considerations, the workshop intends to address two sets of questions.
The first aims to study how political actors, social groups, intellectuals, and artists experienced these developments during the Cold War period, reacted to their demise, and, at times, reinvented themselves after the end of the Cold War. We are particularly interested in investigating conversions from socialism to new futures or alternative utopias, including the options of religion, human rights, liberal/social democracy, and more broadly within the field of culture. We seek to understand these new rationales as embedded in particular historical settings. What new ideas and futures that filled the void of socialism and how did they relate to it? And how did socialism – for some a political religion, for others a secular master narrative – pave the way for what came next? How were these shifts reflected in the academia, the media, literature, and arts? Furthermore, we seek to examine whether the demise of forward-looking, future-oriented political ideologies, like socialism, fostered a change in time regimes and temporal orders in a broader sense.
For instance, did linear notions of time lose currency? Or did they remain in force, but geared toward another “end of history”? Was the space of the future and its horizon of expectations diminished in favor of the present, or of the past? To what extent were these changes in time regimes transnational or a global phenomenon? Beyond these questions related to temporal orders, we are also interested in concurrent geographical orders (respatializations) triggered by these wide-ranging processes.
A second set of questions focuses on the afterlives of socialism. On the occasion of the 100th anniversary of the Russian Revolution, this component of the workshop intends to reflect on the broader impact of the Revolution through Third World socialisms. Despite later disillusionment, Third World socialisms left an important and sometimes unexpected legacy. The democratic movement, Le balai citoyen, which brought down the corrupt government of Burkina Faso in 2014, drew inspiration from the socialist icon of Thomas Sankara. The Kurdish fight for democratic federalism in the Middle East and for the emancipation of women, which has historically drawn and still draws on Leninism, is another important example. Besides these political afterlives in social and national liberation movements, we encourage participating scholars to think of other connections and their complex legacies within present-day struggles for democracy and human rights, education and economic justice, as well as in the realm of popular culture, literature and arts. The question of socialist legacies and representation in current political, social, and cultural movements is a central topic, be it as fragmented symbols, such as the red beret in South Africa’s Economic Freedom Fighters party, or as direct reference to political icons such as Samora Machel and the usage of his speeches as mobile ring tone.
Following the path of our fellow historians and cultural scientists of Sudan (South Atlantic Quarterly 109, 2010), we wish to pursue the question: “What’s Left of the Left?”.

Practical information - Calendar
Abstracts (max. 500 words) and full papers (8,000-10,000 words including references) may be submitted both in English and in French to aftersocialism@yahoo.com. The workshop language will be English. The papers will be published in a special volume in the first half of 2018. Accommodation and travel costs will be covered (tickets may exceptionally be booked) by the Bayreuth Academy for Advanced African Studies.
Abstract submission deadline: April 30
Notification of acceptance: May 15
Full paper submission deadline: October 01
For further information please contact the conveners:
Nadine Siegert (Iwalewahaus, University of Bayreuth), Nadine.Siegert@uni-bayreuth.de
Christopher J. Lee (Lafayette College), leechris@lafayette.edu
Constantin Katsakioris (Bayreuth Academy of Advanced African Studies), konstantinos.katsakioris@uni-bayreuth.de

Après le socialisme :
Héritages oubliés et possibilités d’avenir en Afrique et au-delà

Bayreuth Academy of Advanced African Studies – Université de Bayreuth
Workshop
13-14 octobre 2017

Depuis quelque temps une nouvelle littérature sur le socialisme africain, sur les mouvements anticolonialistes, les relations entre le Deuxième et le Tiers mondes et les tentatives de modernisation dirigées par l’État, nous amène à revisiter l’histoire du socialisme dans le monde postcolonial à partir de nouveaux angles d’approche et à repenser ses dimensions et sa portée historique.
Ce workshop s’appuie sur ces dernières recherches en vue de pousser l’investigation plus loin. Nous entendons explorer les transformations intellectuelles qui eurent lieu alors même que les socialismes « scientifiques », « africains » ou « arabes », autrefois idéologies puissantes, ont périclitées. Bien qu’il n’est pas possible d’identifier un moment de rupture en particulier, ni d’évolution à sens unique, ce déclin s’est accéléré durant les années 1980 face aux désillusions suite aux expériences socialistes et à la faillite du Nouvel ordre économique international, face à l’attrait des exploits économiques de l’Asie de l’Est, la conversion de la Chine au capitalisme et, enfin, l’écroulement du bloc de l’Est et de l’Union soviétique. La faillite de l’utopie socialiste a assurément laissé un vide. L’option socialiste reste néanmoins bien une vision et une réelle stratégie pour les mouvements civiques et populaires que l’on trouve aussi bien en Occident qu’en Afrique et en Asie, notamment à travers la lutte contre les inégalités économiques, l’ultranationalisme ou encore l’extrémisme religieux.
Face à ces considérations historiques et questionnements actuels, ce workshop entend œuvrer dans deux directions.
Le premier objectif est d’étudier comment les acteurs politiques, les groupes sociaux, les intellectuels et les artistes ont vécu ces désillusions, réagi à la faillite du socialisme et se sont réinventés durant ou à la sortie de la Guerre froide. Nous sommes particulièrement intéressés par la question des conversions du socialisme aux projets d’avenir et autres utopies alternatives, y compris dans le domaine religieux, à travers la question des droits de l’homme, de la démocratie libérale ou social-démocratie et, plus largement, dans le domaine de la culture. Quelle est la logique de ces conversions et comment s’ancrent-elles dans ce contexte historique particulier ? Quels projections et projets ont rempli le vide laissé par le socialisme et dans quelle mesure en relèvent-ils encore ? Comment le socialisme – qui fait pour certains figure de religion politique, pour d’autres renvoie à une narration politique séculaire – a-t-il éventuellement préparé le terrain aux idées qui l’ont remplacé ? Comment ces transformations se sont-elles développées dans le monde académique, littéraire, artistique, mais également dans les médias ?

Nous entendons ici examiner si la faillite des idéologies progressistes socialistes a affecté les régimes d’historicité et plus largement notre manière d’appréhender le temps. Les notions linéaires du temps ont-elles été discréditées ou bien réorientées vers une autre « fin de l’histoire » ? Le champ de l’avenir et l’horizon d’attente se sont-ils rétrécis en faveur du présent ou du passé ? Dans quelle mesure ces changements de régimes temporels peuvent-ils être considérés comme des phénomènes transnationaux ? Au-delà de ces questions portant sur les aux régimes d’historicité, nous souhaitons également examiner les éventuelles ré-spatialisations que ces bouleversements ont déclenché.
Un second type de questionnements tournera autour de l’héritage du socialisme. À l’occasion du centenaire de la Révolution russe, cette partie du workshop entend également enquêter, partant des socialismes du Tiers Monde, sur les héritages – au sens très large – de la Révolution de 1917. Au-delà de ces désillusions, les socialismes du Tiers Monde ont en effet laissé un héritage important, bien que souvent indirect. Le mouvement démocratique, Le balai citoyen qui, en 2014, a fait tomber le gouvernement corrompu du Burkina Faso, a puisé son inspiration à travers la figure du dirigeant socialiste Thomas Sankara. Le mouvement politique kurde, qui lutte pour le fédéralisme démocratique au Moyen Orient et pour l’émancipation des femmes, et qui puise historiquement ses références dans le Léninisme, en fournit un autre exemple. Au-delà de ces résurgences politiques dans les mouvements sociaux ou de libération nationale, nous encourageons les chercheurs à réfléchir sur les connections et les legs complexes qu’il est possible de retracer dans les mouvements qui se revendiquent de la démocratie et des droits de l’homme, de l’enseignement et de la justice économique, ainsi que dans l’univers de la culture populaire, dans le champ littéraire et artistique.. Les représentations du socialisme dans les mouvements sociaux ou culturels contemporains, même quand il s’agit de symboles fragmentés – tel le béret rouge du parti des Combattants pour la liberté économique (Economic Freedom Fighters) en Afrique du Sud ou les fragments des discours de Samora Machel que l’on retrouve dans des sonneries de téléphones mobiles – demeure centrale. Dans la lignée des questionnements posés par les historiens et anthropologues du Soudan, nous souhaitons poursuivre cette réflexion et nous demander à partir de ce constat « ce qu’il en reste de la gauche ? » (“What’s Left of the Left?”, South Atlantic Quarterly 109, 2010).

Informations pratiques - Calendrier
Les résumés (500 mots max.) et les articles (8.000-10.000 mots tout compris) peuvent être soumis en anglais et en français à aftersocialism@yahoo.com . La langue du workshop sera l’anglais. Une publication est prévue début 2018. La Bayreuth Academy of Advanced African Studies prendra en charge les frais d’hébergement et de voyage (la Bayreuth Academy pourra également, en cas de difficulté et de manière exceptionnelle, effectuer les réservations).
Date limite pour l’envoi des résumés : le 30 avril 2017
Réponse : le 15 mai 2017
Date limite pour l’envoi des articles : le 01 octobre 2017
Pour plus d’information veuillez vous adresser aux organisateurs:
Nadine Siegert (Iwalewahaus, University of Bayreuth), Nadine.Siegert@uni-bayreuth.de
Christopher J. Lee (Lafayette College), leechris@lafayette.edu
Constantin Katsakioris (Bayreuth Academy of Advanced African Studies), konstantinos.katsakioris@uni-bayreuth.de

Kontakt

Nadine Siegert

Iwalewahaus, Wölfelstrasse 2
95440
015786872070
15786872070
nadine.siegert@uni-bayreuth.de

Zitation
After Socialism: Forgotten Legacies and Possible Futures in Africa and Beyond, 13.10.2017 – 14.10.2017 Bayreuth, in: H-Soz-Kult, 17.03.2017, <www.hsozkult.de/event/id/termine-33558>.