Coping with Copia: Epistemological Excess in Early Modern Art and Science

Coping with Copia: Epistemological Excess in Early Modern Art and Science

Veranstalter
Fabian Krämer, Ludwig-Maximilians-Universität München; Itay Sapir, Université du Québec à Montréal
Ort
Montreal
Land
Canada
Vom - Bis
14.05.2015 - 16.05.2015
Deadline
31.05.2014
Von
Krämer, Fabian und Itay Sapir

(La version française suit)

We are living in an era of unprecedented information overload. This is one of the most common clichés defining the early 21st century, both in academic circles and in general public imagery. And, as clichés often do, this one encapsulates some elements of truth. The Internet era is indeed, quantitatively at least, the scene of the most formidable multiplication of readily available information of any kind humanity has ever experienced. A considerable portion of this information comes in visual form: we have more and more images and diagrams of all kinds of things at our disposal, and we often wish – this is perhaps a broader anthropological phenomenon – to give visual figure to information that is not quintessentially meant to address the eyes.

The “unprecedented” nature of our contemporary overload may be less clear than we tend to think, however. Some periods in the past were confronted with a similar cultural situation, considering both the objective growth in available information and the subjective impression of living in an era of unprecedented epistemological saturation. An emblematic moment of this kind was the sixteenth and seventeenth century in Europe, the two centuries that led up to, and witnessed, the now often contested “Scientific Revolution”, a period characterised also by geographical expansion and aesthetic subversion. Then, as now, optimism about the prospects of knowledge was inextricably mingled with fears of having “too much to know,” to borrow the title of Ann Blair’s seminal monograph – and of the impossibility of selecting, organizing, and finally making sense of the ever increasing amount of information facing our early modern predecessors. Then, as now, artists and scholars were at the forefront of the struggle to digest and discipline knowledge – or, conversely, to denounce its overabundance and express our human failure to meaningfully organize what we know. Then, as now, they also unwittingly contributed to the very copia that they so frequently bemoaned.

Indeed, epistemic abundance is a constant challenge to those people whose function in society is to represent different facets of reality. Arguably the two most prominent professions regularly producing visual representations of the world – be they all-embracing or specific, systematic or seemingly random – are those of scientists and visual artists. In their professional universes, more often than not completely separate from one another, practitioners of science and of art try – and have tried in the past – to give form and order to the epistemological saturation around them. Or they strive, on the contrary, to represent precisely the irrepresentability of a multifaceted and seemingly inexhaustible reality. At the same time, we should not conceive of artists and scientists as purely reactive vis-à-vis the multiplication of available knowledge but, rather, consider their role also in bringing it about in the first place.

The different strategies conceived for the visual representation (or denunciation) of information overload, as well as the sometimes unintentional creation of even more information along the way, will lie at the heart of the conference that Montreal will host in 2015, welcoming historians, art historians, historians of science and of ideas and scholars of related disciplines. While proposed papers for the conference should address the early modern period, sessions will be accompanied by respondents from the field of contemporary science and art, who will comment on the relevance of the historical example to our own time.

In the artistic field, the aesthetic and epistemological strategies of contemporary artists and of painters and sculptors of the late Renaissance, Mannerism and the early Baroque indeed offer fertile ground for comparison, contrasting and mutual illumination. If one can convincingly tell the story of sixteenth- and seventeenth-century art as a series of attempts at visually representing knowledge and at repressing the unbearable complexity of such an enterprise—a narrative that this conference offers to verify and elaborate upon – one can arguably claim that art around 2000 is concerned by a surprisingly similar predicament and that, conversely, modernity in art has its roots in a relatively distant past.

As for science and its own visual policies, the proliferation of images in contemporary cognitive science, amongst other fields, and the high expectations often attached to them, are reminiscent of a similar upsurge of the use of images in sixteenth- and seventeenth-century natural history, and the simultaneous rise of diagrammatical forms of representing and ordering knowledge. Visual strategies were used both to visualise epistemic objects and thus generate knowledge about them and to order and parse this knowledge. The concerns with “Big Data” in contemporary science also arguably have a precedent in the attempts of early modern scholars to gather and parse the huge amounts of information on all sorts of “natural particulars” (Grafton & Siraisi) that they gathered and shared through their correspondence networks.

We invite proposals from the history of science, the history of art, and adjacent disciplines. Please send abstracts of no more than 300 words (including the title), for papers in English or in French, to Fabian Kraemer (Fabian.Kraemer@lmu.de) and Itay Sapir (sapir.itay@uqam.ca) by May 31, 2014.

---------

Nous vivons dans une ère de débordement d’informations sans précédent. Voilà un des lieux communs les plus fréquemment utilisés pour caractériser ce début du XXIe siècle, à la fois dans le débat universitaire et dans l’imaginaire collectif. Comme souvent dans le cas des lieux communs, celui-ci comporte une part de vérité. L’ère d’Internet représente en effet, au moins d’un point de vue quantitatif, la plus formidable multiplication d’informations disponibles que l’humanité n’ait jamais vécue. Une grande partie de ces informations prend une forme visuelle : nous avons à notre disposition toujours plus d’images et de diagrammes représentant toutes sortes de choses, et nous souhaitons souvent – ce qui est peut-être un phénomène anthropologique plus général – donner un aspect visuel à des informations qui, à l’origine, ne s’adressent pas nécessairement au regard.

Le caractère inédit du débordement épistémologique actuel mériterait cependant d’être relativisé. En effet, certaines périodes du passé ont connu des situations culturelles similaires si l’on considère, d’un côté, l’augmentation objective de la quantité d’informations disponibles et, de l’autre, le sentiment subjectif de vivre dans une époque de saturation épistémologique sans précédent. Un moment emblématique où de telles conditions ont été réunies sont les XVIe et XVIIe siècles en Europe, une période où l’expansion des connaissances géographiques côtoyait une activité scientifique accrue menant à la « Révolution Scientifique », concept aujourd’hui souvent contesté mais toujours bien ancré dans l’historiographie; une période d’intenses bouleversements esthétiques aussi.

À cette époque, tout comme aujourd’hui, l’optimisme quant aux perspectives ouvertes par les nouveaux savoirs était inextricablement mêlé aux craintes d’avoir « trop à savoir » (« Too Much to Know », pour reprendre le titre de l’ouvrage fondamental d’Ann Blair) – ainsi qu’à la difficulté à comprendre, sélectionner et organiser des informations en quantité constamment croissante. À l’époque, comme aujourd’hui, les artistes et les chercheurs étaient à la pointe de l’entreprise visant à digérer et à discipliner le savoir – ou, à l’inverse, cherchant à dénoncer sa surabondance et à exprimer l’inévitable échec humain à organiser tout ce que l’on sait et à y donner un sens. À l’époque, comme aujourd’hui, les artistes et les érudits contribuaient, souvent à leur insu, à cette même copia qu’ils critiquaient si souvent.

Le débordement épistémologique est un défi constant pour ces personnes dont la fonction sociale est de représenter différentes facettes de la réalité. Les deux professions qui sont appelées le plus souvent à fabriquer des représentations visuelles du monde – générales ou spécifiques, systématiques ou aléatoires – sont probablement les scientifiques et les artistes. Dans leurs univers professionnels, le plus souvent totalement séparés, les acteurs de la science et des arts plastiques cherchent – et cherchaient dans le passé – à donner forme et à organiser cette abondance épistémologique qui les entoure. Il arrive aussi qu’ils cherchent, au contraire, à représenter justement l’irreprésentabilité d’une réalité multiple et ostensiblement inépuisable. Cela dit, les artistes et les scientifiques sont loin d’être simplement réactifs vis-à-vis de la multiplication du savoir disponible; ils sont parmi les responsables de l’existence même de ce savoir, et ce rôle doit, lui aussi, être pris en compte.

Les différentes stratégies conçues pour la représentation visuelle du débordement épistémologique seront au cœur de ce colloque organisé à Montréal en mai 2015, et qui accueillera des historiens, des historiens de l’art, des historiens de la science et des chercheurs de disciplines connexes. Si les propositions d’interventions doivent traiter de la première modernité (XVIe-XVIIe siècles), les séances seront quant à elles commentées par des répondants spécialistes de la science contemporaine et de l’art actuel, soulignant ainsi la pertinence de l’exemple historique pour les débats et la création à notre propre époque.

Dans le domaine artistique, les stratégies esthétiques et épistémologiques des artistes contemporains et des peintres et sculpteurs de la Renaissance tardive, du maniérisme et du Baroque offrent, en effet, un terrain fécond de comparaisons. Si l’on peut raconter l’histoire de l’art à l’aube de l’âge moderne comme une série de tentatives pour représenter visuellement du savoir et refouler la complexité insupportable d’une telle entreprise – un récit que ce colloque cherchera à vérifier et à approfondir – l’art autour des années deux mille est concerné par un défi étonnamment analogue.

Quant à la science et à ses propres politiques visuelles, la prolifération des images dans les sciences cognitives actuelles, parmi d’autres domaines, et les espoirs liés à ces représentations visuelles, rappellent des phénomènes semblables au sein de l’histoire naturelle aux XVIe et au XVIIe siècles ainsi que l’usage toujours plus fréquent, à l’époque, de diagrammes afin de représenter et d’organiser les savoirs. Des stratégies visuelles étaient utilisées à la fois pour figurer des objets épistémiques et ainsi produire du savoir sur ceux-ci et pour ordonner, classer et analyser ce savoir. Les questions autour du « Big Data » dans la science de nos jours auraient, elles aussi, des antécédents dans les tentatives d’assembler et d’analyser des informations sur toutes sortes de « particuliers naturels » (Grafton & Siraisi), recueillies par les érudits de la première modernité et propagées à travers leurs réseaux tentaculaires de correspondance.

Nous invitons des propositions d’interventions en histoire de la science, histoire de l’art et d’autres disciplines proches. Envoi de propositions (maximum 300 mots, titre compris) pour des interventions en français ou en anglais, à Fabian Kraemer (Fabian.Kraemer@lmu.de) et Itay Sapir (sapir.itay@uqam.ca) avant le 31 mai 2014.

Programm

Kontakt

Fabian Krämer

Historisches Seminar der LMU, Wissenschaftsgeschichte, Geschwister-Scholl-Platz 1, 80539 München

Fabian.Kraemer@lmu.de